À: Mehdi Ben Gharbia, Ministre tunisien des Relations avec les instances constitutionnelles, la société civile et les organisations des droits de l’homme

Le gouvernement tunisien s’est récemment engagé à interdire les "tests" anaux afin de trouver des "preuves" de l’orientation sexuelle, mais ces tests sont toujours légaux.

Je vous demande de tenir votre promesse et mettre fin à ces tests une bonne fois pour toutes.

Cette campagne est terminée.

Suivez-nous sur Facebook et sur Twitter pour découvrir les dernières actualités de nos campagnes pour l’amour et l’égalité.

En Tunisie, si vous êtes arrêté à cause de la loi anti-gays, la police peut vous obliger à subir ce qu’elle appelle des "tests anaux".

Elle prétend que cet examen peut donner des "preuves" de votre orientation sexuelle. Mais en réalité, c’est une agression sexuelle traumatisante qui ne prouve absolument rien.

Plus de 45 000 membres d’All Out ont signé une pétition pour demander au Conseil national de l’Ordre des médecins de Tunisie d’interdire les tests anaux.

Une nouvelle incroyable vient de nous parvenir : le gouvernement tunisien vient de recevoir une recommandation de l’ONU et a accepté de mettre fin à cette pratique atroce. C’est un premier pas, mais les autorités ne feront sûrement rien – à moins de savoir que le monde entier les regarde.

Le vent vient de tourner en notre faveur. Demandez au gouvernement tunisien de tenir ses promesses et de mettre fin une bonne fois pour toutes aux tests anaux !

Cette campagne est organisée en collaboration avec Shams – Pour la dépénalisation de l'homosexualité en Tunisie

Publié le 13 octobre 2017

Ceci est une campagne de la All Out Action Fund, une organisation à but non lucratif de statut américain 501(c)(4).