À LA COMMISSION SÉNATORIALE DE BUENOS AIRES

Deux juges sont encore en poste après avoir dit que le viol d'un enfant de six ans n'était pas très grave car l'enfant "était déjà gay avant". Et les deux juges

Suivez la demande de la Fédération LGBT argentine et limogez ces juges afin que plus personne ne soit victime de leurs préjugés anti-gays.

Cette campagne est terminée.

Suivez-nous sur Facebook et sur Twitter pour découvrir les dernières actualités de nos campagnes pour l’amour et l’égalité.

En Argentine, deux juges sont toujours en poste après avoir déclaré que le viol d’un petit garçon de six ans n’était pas très grave car il était "déjà gay". Ils ont réduit la peine du violeur car, selon eux l’enfant "avait l’habitude d’être violé et montrait des tendances homosexuelles". C'est à vomir.

Devant le scandale national qu’a déclenché leur décision, les juges se rebiffent. Ils prétendent qu’ils n’ont rien fait de mal et que tout cela n’est qu’une conspiration. Ils pourraient s’accrocher à leur poste et mettre beaucoup de gens en danger à cause de leurs préjugés anti-gays.

Dans quelques jours seulement, une commission examinera l’affaire et décidera de destituer ces juges… ou de les laisser en poste. Demandez à la commission de ne plus les laisser mettre un pied dans les tribunaux afin que leurs préjugés sordides ne fassent plus aucune victime

Publié le 29 mai 2015

Ceci est une campagne de la All Out Action Fund, une organisation à but non lucratif de statut américain 501(c)(4).