THERESA MAY, MINISTRE DE L’INTÉRIEUR DU ROYAUME-UNI

Le Royaume-Uni veut expulser Aderonke dans son pays d’origine, le Nigéria, où les lois anti-gays peuvent lui valoir la mort.

Votre ministère a déclaré dans un tribunal qu’elle ment sur sa sexualité car elle a des enfants et a eu, par le passé, les cheveux longs.

C’est inadmissible. Faites en sorte que ces stéréotypes d’un autre âge ne puissent plus être utilisés dans les demandes d’asile, même à la cour. Arrêtez toutes les expulsions aujourd’hui jusqu’à ce que tous les représentants du pouvoir public suivent des directives respectueuses.

Cette campagne est terminée.

Suivez-nous sur Facebook et sur Twitter pour découvrir les dernières actualités de nos campagnes pour l’amour et l’égalité.

Après avoir fui le Nigéria il y a 10 ans, Aderonke a déposé une demande d’asile au Royaume-Uni. Mais dans sa dernière audience la semaine dernière, un avocat du ministère de l’Intérieur a dit qu’elle ne pouvait pas être lesbienne car "Les lesbiennes ont uniquement les cheveux courts. Et elles n’ont pas d’enfants."

Aderonke a eu les cheveux longs par le passé et elle a des enfants. Selon le ministère britannique, elle ne peut donc pas être lesbienne !? N'importe quoi.

Par paresse et par ignorance, le ministère remplace la justice par des clichés. Il peut décider du sort d’Aderonke à tout moment. Nous avons donc une fenêtre d’action critique très limitée avant qu’Aderonke ne soit renvoyée au Nigéria, où elle pourrait être emprisonnée ou assassinée.

Le ministère de l’Intérieur bafoue ses propres règles, qui interdisent de stéréotyper les vies et les apparences des personnes lesbiennes, gays ou bi. Avec une grande mobilisation citoyenne dans les prochains jours, nous pousserons la ministre Theresa May à bloquer l’expulsion d’Aderonke. Et ces clichés n’auront plus jamais leur place à l’audience.

Publié le 5 mars 2015

Ceci est une campagne de la All Out Action Fund, une organisation à but non lucratif de statut américain 501(c)(4).